MYRLINE & ROMUALD

24_15.jpg

— On s’est connus sur Internet, un site amical de rencontres. Puis, on s’est donné nos adresses MSN et nos numéros de téléphone. On a échangé nos photos, ça a duré plus d’un mois. Je n’étais pas très chaude pour qu’on se voie.

— Nous nous sommes croisés dans une gare, par hasard. Vraiment par hasard. Une chance sur un milliard qu’on se rencontre ainsi. J’emmenais ma fille à l’école. J’ai deux enfants. Maintenant c’est leur mère qui les garde. On s’est parlé. Tout s’est arrêté autour de nous. Les lumières blanches brillaient…

— Il m’a tapé dans l’œil. C’est sur ce quai de gare que tout s’est décidé.

— Le soir, on s’est téléphoné. On s’est rendu compte que nous habitions l’un à côté de l’autre sans le savoir. Elle passait devant chez moi chaque matin.

— C’était le destin.

— Notre mariage est un vrai mariage mixte :  Martiniquais-Ivoirien,  Antillais-Africain.

— On n’a pas toujours ce qu’on veut. Il a peut-être des enfants mais il a aussi plein de choses que d’autres n’ont pas !

— Elle, elle a un fort caractère ! 

— Il m’a offert une bague mais je n’en voulais pas ! Je ne pouvais pas mettre ça à mes doigts !

— Elle voulait de l’or blanc et des diamants !

— Oui, pas une bague de petite fille ! Il est allé la changer.

— Le soir de la fête, le DJ était en retard, ça a tout plombé. 

— Puis ça a démarré. On était habillé à l’africaine, comme si nous étions un roi et une reine.

— J’avais des colliers plein la tête. Maintenant, on va aller se marier dans ma famille, en blanc avec une longue traîne. 

© Gérard Uféras